Cathédrale de Chartres

Chartres ! Sa cathédrale transformée, sa ville animée de lumières à la tombée de la nuit, la toute puissance de son orgue...

Depuis le plancher de la cathédrale, on accède à l'orgue en 5 minutes environ ! Après une ascension de 80 marches, on arrive sur le triforium, à environ 20 mètres de hauteur puis on longe les bas-côtés à travers un chapelet de pièces, comportant de nombreux chapiteaux et sculptures, pour enfin déboucher sur l'imposante soufflerie, juste derrière l'instrument. 

Positionné en nid d'hirondelle, l'orgue est suspendu au-dessus du vide. Depuis les claviers, l'organiste jouit d'une très belle vue. D'un côté (en tournant la tête à gauche), il voit le chœur, de l'autre (à droite), la fameuse rosace du portail principal. En revanche, l'écoute est assez mauvaise... et trompeuse pour l'organiste ! En effet, la console se situant au niveau du soubassement de l'orgue, on a la pédale directement dans les oreilles, sans parler du positif de dos... juste dans le dos ! Les équilibres sonores sont totalement faussés. Heureusement, l'ample acoustique du lieu permet d'ajuster la registration. 

 

Programme interprété : 

Nicolas de Grigny : Hymne "Ave maris stella"

Johann Sebastian Bach : Sonate en trio N°6 

Jean Langlais : extraits des Huit chants de Bretagne Op. 181 

Vincent Paulet (né en 1962) : Salve regina 

Alexandre Guilmant : Final de la Première Sonate opus 42 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Nouveau ! Démarrage de mon blog (voir onglet)

Prochain concert :